Coup de flash de la semaine #2

0

Cette semaine Nikon a confirmé que leur service marketing savait bien compter en annonçant le D5, successeur du D4, lui même successeur du D3, lui même successeur du D2, lui même successeur du D1. Mis à part le nom, qui sera sans doute agrémenté d’un « s » ou d’un « x » pour certaines versions, les caractéristiques ne sont encore que rumeur. Entre une sensibilité avec beaucoup d’ISO, une rafale plus rapide, un mode vidéo avec plus de K, ce boitier sera certainement autant remplis de superlatifs que ses prédécesseurs, mais sans doute moins que le D6.

Ceci est un D4s, mais le D5 devrait lui ressembler.

Ceci est un D4s, mais le D5 devrait lui ressembler.

 

La rumeur s’est également un peu montrée du coté de Canon dont le 5D Mark 4, (eux aussi apprennent bien leur alphabet des chiffres), pourrait être équipé d’un écran tactile orientable. Les possesseurs de ce boitier pourront enfin faire une mise au point du bout des doigts, comme avec leur téléphone. Les Cannonistes arriveront-ils enfin à faire le point à l’endroit souhaité ? Rien n’est moins sûr.

La encore, ça devrait ressembler à ça

La encore, ça devrait ressembler à ça

 

Et pendant ce temps, Reuters a annoncé à ses photographes freelances l’interdiction d’envoyer des fichiers traités à partir des RAW. Une des raisons serait de ne pas dénaturer l’image ; la photographie de presse n’ayant pas un but artistique mais purement informatif. Une autre raison invoquée par l’agence serait le gain de temps pour l’envoi des images jusqu’à leurs clients. Car apparemment, l’information ne circule toujours pas assez vite…

reuterspolicy

 

Sur shootr, nous vous proposons surtout des news sur des sujets peu traités ailleurs sur le web francophone. Pour le reste, nous vous proposons une fois par semaine une sélection des meilleures actualités. 

Partager.

A propos de l'auteur

Alexandre De Coupigny

Photographe aventurier, c'est au cours de ses voyages qu'Alexandre a tiré ses premiers portraits. Reporter dans l'âme, la meilleure façon de lui payer une bière est de venir le rejoindre au cœur de l'action. (pensez tout de même au gilet pare-balle)

Laissez une réponse