Test : Lensbaby Composer Pro Edge 80 & Sweet 35

0

Nous avons eu l’occasion de prendre en main l’objectif Composer Pro, muni des optiques Edge 80 et Sweet 35 de Lensbaby. Quand est-t-il réellement après quelques semaines de tests sur le terrain ?

La firme, fondée à Portland en 2004, a toujours suivi un chemin bien différent des fabricants d’optiques traditionnelles : en effet, plutôt que de proposer des objectifs d’exception, munis d’un piqué sur les bords auxquels même un crop à 100% ne saurait lui rendre hommage, Lensbaby produit des cailloux permettant de faire des photos floues. Mais pas n’importe comment : Grâce à ses optiques à décentrement, ses doubles lentilles en plastiques et autres objectifs fabriqués à base de tuyaux d’aspirateur, Lensbaby offre un éventail d’outils pour travailler le flou sous toutes ses formes les plus artistiques.

D’un point de vue matériel  :

Composer Pro et l’Optic Swap System

Le concept du Composer Pro est simple : il s’agit d’un fût monté sur rotule dans lequel vient prendre place une optique interchangeable. Lensbaby propose trois optiques de différentes focales : 35, 50 et 80mm.  Le plan focal peut être basculé via la rotule, ce qui permet de faire varier la zone de netteté où on le souhaite.

Lensbaby Composer Pro Edge 80

L’optique Edge 80 à gauche, le Composer Pro à droite

En pratique, ce système n’est pas très évident à utiliser. La première fois, il m’aura fallut 5 bonnes minutes de combat acharné pour inter-changer le 80mm et le 35mm. (Ce qui, en plus, était totalement inutile, ayant deux Composer Pro à disposition… ). En effet, pour changer l’optique, il faut :

  • positionner la bague d’ouverture sur le repère,
  • sortir l’optique au maximum avec la bague de mise au point, et la maintenir fermement,
  • pousser et tourner l’optique (comme sur un bouchon de sécurité) dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Si vous devez changer régulièrement de focale, il sera préférable de se procurer un ensemble Composer Pro par optique.

Prise en main et construction

Le corps et la rotule sont fabriqués principalement en métal et donnent une impression de solidité dès la première prise en main. L’objectif est muni d’une bague de mise au point sur la section à bascule, dont la manipulation est fluide et aisée. Sa course est suffisamment longue et les butées de fin bien marquées. Une seconde bague, sur la section fixe, permet de verrouiller la position de la rotule.

Une fois monté sur le boitier, l’objectif se révèle d’une manipulation assez complexe au départ, mais qui devient rapidement accessible :

  • Il faut tout d’abord réaliser une mise au point manuelle, sans décentrement,
  • débloquer la bague en maintenant la rotule,
  • déplacer l’optique afin d’obtenir le flou voulu,
  • bloquer le système de décentrement,
  • ajuster la mise au point (surtout en cas de décentrement sur les positions extrêmes)

L’optique Edge 80 :

Cette focale, particulièrement adaptée au portrait, possède une ouverture maximale de f/2.8. L’ouverture se règle en tournant la bague dédiée à l’avant, ce qui peut rendre la visée assez sombre (surtout à f/22). Elle possède également un mode macro, activable en tirant sur la bague d’ouverture, qui permet de réduire la distance de mise au point de 1m à 48cm.

L’optique Sweet 35 :

Le 35mm a pour sa part une ouverture maximale de f/2.5 et ne propose pas de mode macro. Cette optique sera bien moins adaptée au portrait due à son flou plus circulaire et marqué que le 80mm, mais vous offrira de belle perspective lors des balades en ville ou à la campagne !

Sur le terrain, ça donne quoi ?

Le flou généré par ces optiques variera fortement en fonction de l’axe et de la focale utilisés. Le 35mm donnera un flou plus arrondi autour de la zone nette, tandis que celui du 80mm se présente plus sous la forme de deux bandes parallèles, parfait pour les effets « miniatures ».

La grandeur de zone de flou varie aussi en fonction de l’ouverture : plus elle est grande, plus la zone nette sera petite. A pleine ouverture sur un capteur full frame, avec le 35mm, il n’est pas rare de se perdre pendant des heures à la recherche de la zone de netteté. A noter également, toujours avec le 35mm, un fort vignetage apparait lorsque l’on pousse la rotule dans ses positions extrêmes.

En comparant à même ouverture avec des focales équivalentes sur un Sigma 35mm et un Nikon 85mm, nos Lensbaby se sont révélés moins lumineux. Ce détail s’avère plus gênant lors de leur utilisation avec des lumières artificielles et en studio : en effet, lorsque j’ai pris en main ce matériel lors d’un voyage en Islande, j’étais régulièrement amené à changer d’optique et ne pouvait prendre le temps de changer la puissance de mes flash à chaque fois.

Lensbaby Pro Edge 80 : Test avec des éléments en premier plan

Lensbaby Pro Edge 80 : Test avec des éléments en premier plan

Ces optiques ne sont pas la pour remplacer vos lentilles traditionnelles, elles se veulent complémentaires. En effet, lors de mes premiers tests, je procédais à un changement d’objectifs une fois mes réglages réalisés, ce qui ne m’apportait aucun résultat satisfaisant. C’est donc en mettant de côté mes habitudes que j’ai pu commencer à appréhender le côté spontané, drôle et exprimer une certaine liberté.

Malgré toutes les contraintes imposées par ces objectifs, on se prend facilement au jeu et au plaisir de les utiliser. Ils demandent bien évidement beaucoup de persévérance et de travail pour apprendre à les utiliser au quotidien, mais une fois la technique acquise, ils ont leur place dans un sac photo. Il faut donc être bien conscient, avant de commander un Composer Pro, que ce n’est pas uniquement un jouet avec un effet fun, mais un réel outil offrant de nouvelles perspectives photographiques, et qui demande un certain d’investissement de temps pour être maîtrisé.

Merci à digixo.com pour le prêt de ces deux optiques !

7.0 Flouté !

Les objectifs Lensbaby sont des outils qui, une fois apprivoisés, vous poussent hors de vos sentiers battus et vous permettent d’accéder à une nouvelle façon de photographier. Les optiques ne sont certes pas munies de lentilles d’exceptions, mais l'envie et l'inspiration qu'un Lensbaby vous procurera vaut largement un léger manque de piqué sur les bords (ou au centre) ! Si vous êtes un aficionado de la perfection numérique, passez votre chemin. Mais pour les curieux et désireux de créer de façon peu orthodoxe, les Lensbaby ne peuvent que vous plaire.

  • Construction 7
  • Prise en main 5
  • Créativité 9
  • Rapport qualité prix 7
  • User Ratings (0 Votes) 0
Partager.

A propos de l'auteur

Antony Gomes

Photographe autodidacte, Antony est un grand adepte des jeux de couleurs et du DIY. Curieux et touche à tout, il aime partager sa pratique de la photo peu orthodoxe. (Le gaffeur est sa meilleure arme)

Laissez une réponse